Un mouvement citoyen pour une solidarité mondiale
Philippe Douste-Blazy
Philippe Douste-Blazy, fondateur d'UNITLIFE
La lutte contre l'extrême pauvreté dans le monde et les fléaux qui l'accompagnent se trouve à un moment charnière, entre réussite des actions menées jusqu'ici et difficulté à poursuivre le chemin entamé.

La solidarité : une valeur qui a fait la preuve de son efficacité mais qui mérite d'être poursuivie
Dans les années 1990, pour la première fois, la communauté internationale a décidé d'allouer des sommes significatives aux pays en développement. Plusieurs milliards de dollars par an. Et les résultats ont été spectaculaires. Chacun doit en être conscient, tellement on entend souvent que l'aide ne sert à rien ! En trente ans, la mortalité infantile a reculé d'environ 50 %, tout comme la mortalité maternelle. Deux exemples : le vaccin contre la rougeole a permis la quasi-élimination de cette maladie tandis que le paludisme a reculé de 40 %.
Mais soyons clairs : ces résultats n'ont été obtenus que grâce à une volonté politique forte.
En même temps, l'accès à l'eau, à la nutrition, à l'éducation, à l'assainissement, à l'électricité et à la santé restent dramatiques pour plus de 2.5 milliards d'êtres humains...
Une question se pose : la communauté internationale a-t-elle toujours cette volonté politique ?

Un contexte protectionniste qui freine l'aide au développement
La dynamique engagée se heurte aujourd'hui à une propagation des réflexes protectionnistes. Nous assistons à un véritable cercle vicieux : les vagues de migrants économiques et de réfugiés politiques rendent hélas les gouvernements et les parlements des démocraties plus difficiles à convaincre quand il s'agit de donner aux plus pauvres en dehors de leurs frontières. Résultat : l'aide au développement chute, multipliant le nombre de candidats à l'immigration !
Heureusement, il y a cet extraordinaire réseau d'Organisations non gouvernementales à qui je veux ici rendre un hommage appuyé et plein de reconnaissance. Nous créons UNITLIFE en grande partie pour elles, afin qu'elles aient les moyens d'atteindre leurs objectifs.

Un nouveau modèle citoyen et high-tech pour une solidarité mondiale
J'avoue d'abord avoir été très déçu de voir que la plupart des pays dans le monde avait refusé de mettre en place cette micro-taxe de 1 dollar par billet d'avion. Déçu de tous les corporatismes venant du monde du tourisme et des compagnies aériennes en particulier. Déçu par les observateurs qui ne nous ont jamais aidés pour créer un mouvement mondial de solidarité. Pourtant, des centaines de millions de voyageurs prennent l'avion. Et aucun ne veut annuler son voyage pour 1 dollar ! Face à ces obstacles, je me suis tourné vers des micro-donations volontaires qui pourraient être faites par des citoyens. Or, aujourd'hui, les progrès numériques nous permettent d'entrevoir de nouvelles technologies permettant de collecter ces petits dons partout sur la planète et de la même manière.
Je me suis donc rapproché des start-up qui travaillent dans ce domaine.
La mise en place de ces technologies sur des terminaux de paiement, gratuite et simple pour les commerçants, permet en un seul clic de procéder à un don après un achat.

Il ne restait plus qu'à demander aux États la défiscalisation de ces dons pour créer le partenariat public-privé qui caractérise UNITLIFE.

Mon ambition : mener une expérience pilote pour montrer que ces technologies peuvent être mises en place au niveau national, puis européen et enfin mondial, pour toucher les 3.5 milliards de porteurs de cartes bancaires dans le monde.
Je me suis mis à rêver d'une solidarité citoyenne mondiale. Une solidarité qui ne serait pas initiée par les pouvoirs publics, ni entravée par les égoïsmes de certains parlements, mais qui serait l'œuvre des citoyens eux-mêmes.
Au sein des points de vente des premières enseignes qui ont adhéré à cette initiative, il sera possible de donner de petites sommes en un seul clic sur un terminal de paiement, après avoir réglé n'importe quel achat.
Ce premier « pilote » se fera grâce à ces entreprises pionnières. Je voudrais ici leur dire merci.
Comme je veux remercier Monsieur le Président de la République Emmanuel Macron et Nicolas Hulot pour leur soutien déterminant. Sans un appui politique fort, il est impossible de créer de telles initiatives.

UNITLIFE, un fonds abrité par les Nations unies
Les sommes ainsi collectées permettront de financer UNITLIFE. De quoi s'agit-il ? D'un fonds qui sera abrité par l'Organisation des Nations unies (ONU) et qui sera piloté par un Conseil d'Administration. Celui-ci définira des objectifs et proposera aux Organisation non gouvernementales (comme Action contre la Faim, Oxfam...), aux Agences de l'ONU (comme l'UNICEF, le Programme alimentaire mondial...) de lui proposer des projets. Le Conseil d'Administration sera seul habilité à attribuer les sommes collectées. Les projets ainsi financés seront contrôlés et audités par les Nations unies.
Les audits seront publiés de manière totalement transparente.

Lutter contre la malnutrition chronique et contre le changement climatique qui l'aggrave
UNITLIFE financera les projets de lutte contre deux grands fléaux du 21e siècle : le changement climatique et la malnutrition chronique.
Si chacun connaît les terribles conséquences du premier, rares sont ceux à avoir entendu parler du deuxième. C'est pourtant la maladie la plus fréquente sur la planète mais la moins connue et donc la moins financée. C'est une maladie à la fois invisible et irréversible liée aux carences alimentaires durant les 1000 premiers jours de la vie. (voir plus).
Elle se traduit par des troubles cérébraux cognitifs chez les centaines de millions d'enfants qui en souffrent, avec des conséquences terribles sur le développement des pays.
UNITLIFE s'engage également à soutenir les projets de lutte contre le changement climatique, dont les effets impactent les cultures et les ressources des pays dont la population est le plus exposée à la malnutrition chronique. (voir plus)
Une initiative qui s'inscrit dans la continuité d'UNITAID et de la nécessité de créer des financements innovants pour le développement
Philippe Douste-Blazy, ancien ministre de la Santé, est considéré aujourd'hui comme le pionnier dans le domaine des financements innovants pour le développement.
Grâce à l'impulsion de Jacques Chirac, qui appelait en 1997 à une solidarité thérapeutique entre le Nord et le Sud, il a fondé en 2006 puis présidé pendant 10 ans UNITAID. Cette Organisation, hébergée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), finance des programmes de lutte contre le VIH/sida, la tuberculose et le paludisme. Elle a permis de baisser les prix des médicaments contre ces trois maladies de plus de 60 % grâce à l'action continue des Directeurs Exécutifs qui se sont succédés.
Depuis sa création, UNITAID a récolté plus de 3.5 milliards de dollars de contributions, principalement de la part de la France, du Royaume-Uni, de la Norvège, du Brésil, du Chili, de l'Ile Maurice, de la République du Congo, de l'Espagne, de la République de Corée et de la Fondation Bill & Melinda Gates. Ainsi, une solidarité Sud-Sud s'est également développée.
L'une des principales sources de financement d'UNITAID est la taxe de solidarité sur les billets d'avion mise en œuvre par la France et adoptée ensuite par onze autres pays.
… en imaginant des modes de financement innovants
Si les succès d'UNITAID sont reconnus dans le monde entier, son modèle économique, qui repose sur une taxe, rencontre aujourd'hui des freins liés aux politiques protectionnistes des pays les plus riches.
Pour lutter contre l'extrême pauvreté et les conséquences qu'elle engendre, l'idée d'une solidarité citoyenne mondiale a fait émerger celle d'UNITLIFE : un partenariat public-privé reposant sur les nouvelles technologies numériques de micro-donation par terminal de paiement ou borne de paiement sans contact. (voir plus)